Chronologie

Chronologie de la création du poème géant.

La création d’un poème d’aussi vaste envergure ne se déroule pas en quelques minutes. Si l’on songe qu’il fut composé en alexandrins (vers de 12 pieds), et qu’il s’agit d’un acrostiche (c’est-à-dire que chaque première lettre est imposée et forme un message), l’on conçoit que sa réalisation s’échelonne sur une période de plusieurs mois.

D’où l’intérêt d’établir une chronologie de cet événement hors-norme.

Période 1 – Origine du projet.

Avant la création vint d’abord l’idée.

Tout commença à la fin de l’année 2005. Patrick Huet était déjà connu pour la réalisation de deux poèmes géants (un de 66 m et l’autre de 72 m, rédigé sur tissu) datant de mars 2002 et mars 2003.

Vers la fin novembre 2005, la plume lui brûla de nouveau les doigts, le désir ardent d’une création qui surpasserait les précédentes. Un poème non seulement hors-norme, mais aussi un acrostiche – un poème à message dont chaque première lettre lue verticalement offrirait au lecteur un message particulier (pour en savoir plus voir la page « extraits du poème »).

Ne restait plus qu’à concevoir ce message codé. L’auteur souhaitait quelque chose d’universel.

En quelques secondes son choix fut posé. Quoi de plus universel que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ? C’est donc ce texte qu’il prendrait. Chacune des lettres composant ce texte – qui commence par TOUS LES ETRES HUMAINS NAISSENT LIBRES ET EGAUX EN DROIT – formera l’initiale de ses vers.

Surprise – écrasante surprise.

Patrick Huet connaissait déjà les préceptes cette Déclaration. Mais lorsqu’il lut le texte complet, il se rendit que ce qu’il en savait n’était qu’un condensé de la Déclaration et quand qu’il en compta les lettres l’une après l’autre, ce fut le coup de massue. 7550 lettres !

Au-delà du volume de vers et d’écriture, cela signifiait aussi que sa création nécessiterait plus que les deux semaines escomptées, mais beaucoup, beaucoup plus de temps. Sans parler des problèmes de logistique comme : bloquer une période d’écriture consacrée uniquement à cela, trouver un rouleau de tissu suffisamment long. Un défi écrasant.

Toutefois, la flamme d’une telle création l’animait déjà si fort qu’il se lança dans l’aventure en dépit de ces obstacles.

Période 2 – préparation du projet.

– Novembre 2005 : Choix du texte de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dont les lettres seraient utilisées en initiale du poème acrostiche.

– Novembre 2005 : Choix du thème de ce poème (en relation avec le texte choisi comme initiale). Ce serait « Les droits de l’homme à travers les âges ».

– Novembre 2005 : Détermination du nombre de lettres. Petite erreur, l’auteur en comptant à la main 7543. Le nombre réel s’avéra par la suite être de 7550 lettres.

– Décembre 2005 : détermination de la longueur du rouleau de tissu final nécessaire. Choix d’écrire d’abord au brouillon, puis reproduire proprement le poème sur le tissu.

– Décembre 2005 : Détermination du nombre de lettres « x » figurant dans le texte de la Déclaration. Un nombre considérable, ce qui exigeait de trouver autant de mots commençant par X.

– Décembre 2005 : recherche de mots commençant par X et susceptibles d’être utilisés en début de vers

– Décembre 2005 : choix de la date d’écriture du poème. Elle débuterait le premier mars 2006, pour le printemps de poètes.

– Décembre 2005 : décision d’utiliser une webcam qui suivrait en permanence l’auteur dans son écriture.

– Janvier 2006 : élaboration du plan d’écriture.

Il ne s’agissait pas, pour l’auteur, d’écrire au hasard tout ce qui lui passait par la tête et prendre le risque de divaguer par-ci par-là sans suite. Au contraire, Patrick Huet voulait en faire un texte cohérent qui tiendrait sur les 7550 vers.

Il prit le soin d’établir un plan d’écriture très précis qui serait son guide tout au long de la création du poème. (N.B. Ce plan est décrit dans la page « contenu du poème géant » . (rubrique « Présentation de l’oeuvre » )

– Janvier 2006 : prise de contact avec les partenaires intéressés par le projet. Envoi des courriers d’informations à la presse.

– Février 2006 : Acquisition du nécessaire d’écriture, stylos,bloc-notes, etc. Choix du lieu. Premiers reportages dans la presse.

– Février 2006 : installation de la webcam. Problèmes techniques, l’appareil n’ayant jamais pu fonctionner.

Période 3 – la création du poème.

– 1er mars 2006 : Début de la composition du poème et reportage de M6 Lyon qui filma ces premiers vers.

– Mi-avril 2006 : Fin de la composition du poème sur bloc-notes, à raison de 10 à 12 heures d’écriture par jour. Lever en général vers 6 heures du matin.

– Avril 2006 : Grâce aux recherches et aux contacts de Stéphanie B. la société Rauch, fabricant de tissu propose de fournir le tissu nécessaire au poème, 10 rouleaux de 100 mètres chacun.

– De fin avril à mi-mai 2006 : Ecriture à la main du poème sur le tissu et couture (par l’auteur) de chaque rouleau les uns à la suite des autres pour obtenir à la fin un rouleau d’un kilomètre d’un seul tenant.

– Juin 2006 : Recherches d’un lieu pour le déploiement officiel du poème et pour la prise des mesures sous contrôle d’huissier.

Difficulté technique : pas dans une ville. Même certaines rues dépassent parfois le kilomètre, il faudrait boucler toutes les autres voies qui la coupent et donc couper la circulation dans un large périmètre. Il fallait donc choisir un lieu suffisamment vaste et à l’écart du trafic routier. Le circuit automobile du laquais manifesta son intérêt et proposa la mise à disposition du circuit durant toute une matinée.

C’est donc grâce au circuit du Laquais que cette oeuvre colossale put trouver son point final.

– 4 Août 2006 ; déploiement du poème sous une tempête imprévue, dans un froid glacial et sous des trombes d’eau. Voir la page « Les photos » .

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut